PPE : les Energies renouvelables cajolées, les économies d’énergie négligées

David Dornbusch/ novembre 28, 2018/ Vertsun actualité

La Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui inclut les Energies Renouvelables a été présentée ce matin par Emmanuel Macron dans un premier temps, puis précisée dans la foulée par son ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy. La neutralité carbone en 2050 est confirmée et la baisse de la consommation d’énergies fossiles relevée à 40% en 2030. Les Energies Renouvelables électriques sont globalement bien traitées avec un doublement de leur capacité installée d’ici 2028, mais avec des disparités marquées entre filières. Le secteur nucléaire sauve une nouvelle fois l’essentiel avec la fermeture déjà actée des 2 réacteurs de Fessenheim lors du quinquennat, d’autres devraient suivre mais sous conditions. La maîtrise de la demande d’énergie est la grande perdante de ces arbitrages.

Le facteur 2 à la peine

C’était le pilier de la loi de transition énergétique votée en 2015 : la réduction par deux de la consommation d’énergie finale d’ici 2050 avait été placée au premier rang des priorités dégagées par les acteurs du grand débat sur la LTE. Si la réduction de la consommation finale d’énergie reste sur le papier le premier objectif de cette nouvelle PPE, la trajectoire est relativement modeste à court terme : une baisse de 14% de la consommation finale d’énergie en 10 ans. « Il n’y a aucune ambition et rien dans le texte qui montre comment on va réduire les consommations. Or, c’est le point fondamental de la transition énergétique », déplore Arnaud Gossement, avocat du cabinet qui porte son nom. Le gouvernement indique vouloir agir en priorité sur le logement, et le transport grâce au plan présenté par Elisabeth Borne hier.

Dans le secteur du bâtiment, Natacha Hakwik, directrice associée de l’opérateur de performance énergétique Eqinov, estime que « le président de la République n’a pas évoqué de mesures concrètes mais confirmé qu’il souhaitait garder le cap, en particulier sur la rénovation de l’existant ». Problème, l’objectif des 500 000 logements rénovés par an n’est jamais atteint en raison d’obstacles, souvent financiers, qui empêchent les ménages les plus précaires de réaliser ces travaux, malgré les aides mises en place. Visiblement contraint par le mouvement des « gilets jaunes », la stratégie énergie-climat présentée par le gouvernement intègre in extremis un petit volet social, notamment dans la rénovation énergétique.

Pas de choc de simplification

Pour Audrey Zermati, directrice stratégie du groupe Effy, « Emmanuel Macron a évoqué la difficulté d’accéder aux solutions de rénovation et tente d’y répondre en élargissant le crédit d’impôt pour la transition énergétique aux propriétaires-bailleurs en 2020. Cela devrait améliorer la situation des locataires ». L’autre principale mesure inscrite dans la PPE consiste à faire verser le CITE par l’Anah au moment des travaux, pour les ménages des quatre premiers déciles, et financer à 100% l’audit énergétique pour les ménages modestes propriétaires. « On se satisfait de ces annonces car elles vont dans le bon sens, mais elles ne permettent pas de créer le choc de simplification que nous appelions de nos vœux », regrette Audrey Zermati.

Dans le neuf, la nouvelle réglementation environnementale des bâtiments doit rendre obligatoire en 2020 un taux minimum (mais non déterminé) de chaleur renouvelable dans tous les bâtiments neufs (individuel, collectif et tertiaire). Une mesure susceptible d’augmenter le taux de pénétration des Energies Renouvelables dans la fourniture de chaleur, notamment la géothermie citée par le ministre, alors que le dernier baromètre montre au contraire une baisse de régime. Le gouvernement mise sur une production de chaleur renouvelable comprise entre 218 et 247 TWh en 2028, soit environ 35% de la production totale. Le budget du Fonds chaleur devra croître en conséquence pour atteindre les 350 M€ en 2020 et 2021, avant de décliner par la suite. Parallèlement, le gouvernement veut faire la chasse aux chaudières à fioul. Il prévoit d’en éliminer 1 million d’ici 2023 en élargissant le dispositif d’aide existant à tous les Français, sans condition de ressources, sous forme d’une prime à la conversion.

Le solaire est roi, l’éolien se plaint

La PPE confirme les 32% d’ Energies Renouvelables dans la consommation d’énergie en 2030 et le décline par usage : 40% de la production électricité, 38% de la consommation finale de chaleur, 15% de la consommation finale de carburant et 10% de la consommation de gaz devront être d’origine renouvelable.

Energies Renouvelables 2030

Energies Renouvelables 2030

En termes de filière, le solaire est celle des Energies Renouvelables la plus favorisée, ce qui n’est pas une surprise. En effet, elle est la plus compétitive et François de Rugy a rappelé « l’obsession du gouvernement à soutenir les filières les plus matures ». La PPE vise un parc solaire installé de 20,6 GWc en 2023 et entre 35,6 et 44,5 GW en 2028, contre 8,3 GW installés au 30 septembre 2018. Enerplan s’est félicité de constater que « les objectifs fixés pour 2030 sont totalement en ligne avec ceux qu’il avait défendus ».La filière éolienne est partagée. Le texte indique des objectifs satisfaisants pour les projets terrestres avec 24,6 GW en 2023, et entre 34,1 à 35,6 GW en 2028, contre 14,3 GW installés aujourd’hui. En revanche, la filière offshore est la grande naufragée de cette PPE. « Soit le gouvernement n’a pas compris le potentiel de l’éolien en mer et c’est de l’incompétence ; soit il a abandonné l’idée de créer une filière industrielle en France », juge un acteur du secteur. Si la déception est grande, les faibles volumes alloués à l’éolien en mer ne sont pas une totale surprise six mois à peine après la renégociation des contrats des premiers parcs attribués. Conscient d’avoir raté le train de l’éolien posé, l’Elysée rechigne à soutenir la filière mais semble s’intéresser à la technologie flottante. Deux appels d’offres de 250 MW sont prévus pour 2019 et 2020, puis les projets posés et flottants pourraient se concurrencer mutuellement au sein de compétitions conjointes. Une stratégie qui ne semble pas déplaire à Didier Holleaux, directeur général adjoint d’Engie : « l’éolien flottant a un véritable intérêt pour le pays, car notre plateau continental plonge rapidement. Développer l’éolien offshore passera donc forcément par le flottant. Or, la France est en avance en ce domaine et il y a des positions à prendre », affirme-t-il.