La #FNSEA, premier syndicat professionnel des agriculteurs, ne veut pas entendre parler de centrales agricoles au sol : « Nous y sommes strictement opposés. La France perd déjà chaque année 60 000 hectares de terres par an à cause de l’artificialisation des sols. C’est autant de capacité de capture de CO2 en moins », explique Patrick Benezit, secrétaire général adjoint de la FNSEA.

centrales agricoles
centrales agricoles

Si l’éleveur du Cantal affirme ne pas être opposé à l’énergie photovoltaïque, il souhaite la cantonner aux toitures. Une règle qu’il a appliqué à sa propre exploitation, en installant  une centrale sur la toiture de l’un de ses hangars. Selon lui, le potentiel pour les développeurs serait énorme avec « des milliers d’hectares à recouvrir ».

Le foncier, principal obstacle au solaire en France