Grace au photovoltaïque et à la géothermie, cet agriculteur de la Creuse n’achète plus de fuel et vend même de l’électricité

David Dornbusch/ janvier 5, 2019/ Vertsun Le Blog

Via La Montagne.  Monsieur Lefranc, agriculteur et hébergeur, aujourd’hui retraité, s’est lancé dans le photovoltaïque dès 2012. Il est depuis allé plus loin avec la géothermie. Mais ce pionnier, s’il se déclare très satisfait de son bilan énergétique, n’en est pas moins confronté à des difficultés.

Parc agriculteur photovoltaïque Aude

Parc photovoltaïque Aude

Sur les hauteurs d’Aubusson (Creuse), la propriété du Marchedieu englobe six gîtes et une ferme. L’ancien domaine des Danton est devenu, voici plusieurs décennies, celui de Marc Lefranc qui l’a repris, rénové et métamorphosé.

Il a l’a ouvert, voici des années, au tourisme, en construisant de ses mains des petites maisons qui sont des gîtes de France. Elles surplombent Aubusson et offrent une vue sans pareil sur la ville de la tapisserie.

Des toitures photovoltaïques  de 1.800 m2

Très tôt, Marc Lefranc, agriculteur dont l’activité principale était l’élevage bovin limousin, a misé sur l’énergie solaire photovoltaïque. Il a fédéré, dès 2012, huit agriculteurs creusois et deux  agriculteur Tarnais qui se sont dotés de centrales photovoltaïques. Ils ont signé des contrats de vente à EDF à une époque où les tarifs étaient confortables (0,61 \Kwh).

En Creuse, il se construit une vie sans factures d’électricité, de chauffage, d’eau, de gaz (janvier 2018)

Ainsi, sur les hauteurs du Marchedieu, l agricuMarc Lefranc a fait construire deux grands bâtiments flanqués de toitures photovoltaïques de 1.800 m2, un bâtiment abrite une stabulation et un autre est dévolu au stockage.

Une démarche vertueuse

« Très tôt, il m’est apparu nécessaire que les agriculteurs aient des revenus diversifiés avec de la plus-value. Cela peut passer par la vente directe de produits de qualité ou par la transition et la reconversion énergétique. Pour ma part, j’ai misé sur le photovoltaïque et la géothermie. Bien entendu, ces démarches vertueuses suscitent une prise de risque en tant qu’investissements privés », explique Marc Lefranc.

La géothermie, facteur d’économie

« Nous sommes chauffés par géothermie, nous avons procédé à des forages profonds. La maison familiale et les six gîtes représentent environ 800 m2. Il nous fallait 7.000 litres de fuel pour nous chauffer par an. Pour la géothermie, nous avons reçu une subvention de 50 % de l’Ademe, nous avons seulement dépensé 30.000 , autant dire que le retour sur investissement est rapide. Aujourd’hui, la géothermie nous chauffe et nous vendons de l’électricité, je n’achète plus de fuel ».

Autonome et à énergie positive, la maison du futur s’invente en Creuse (décembre 2017)

Marc Lefranc a fait également construire trois garages à charpentes métalliques dotés de toitures photovoltaïques produisant 9 Kw chacun. Ils ont été réalisés dans le cadre d’un groupement qui a permis l’implantation de 35 bâtiments identiques (avec une réduction de 20 % à la clef). La grange et la maison familiale ont reçu une toiture photovoltaïque (chacune 9 Kw), tout comme l’ancienne bergerie qui produit 100 Kw…

Faire le plein d’électricité de  la voiture grâce au photovoltaïque ?

« Il y a tellement de richesses à développer en Creuse ! Aujourd’hui, il est facile de se chauffer gratuitement. Demain, je compte faire le plein d’électricité de la voiture grâce au photovoltaïque ».

Le jeune retraité fourmille d’idées. Il peaufine un nouveau projet sur lequel il garde le silence…