Le solaire, une alternative au nucléaire à Fessenheim en Alsace

David Dornbusch/ janvier 28, 2019/ Vertsun actualité

Le ministère de la Transition écologique aimerait développer un parc solaire à Fessenheim en Alsace , pour succéder à la centrale censée fermer ses portes en 2020.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire  a annoncé, le 23 janvier, l’ouverture d’un appel d’offres pour le développement de 300 mégawatts (MW) de capacités solaires dans la région de Fessenheim en Alsace . Au total, 200 des 300 MW voulus par le ministère devront être produits par une nouvelle centrale. Les 100 restants proviendront d’installation de panneaux solaires sur les toitures.

Solaire en Alsace l’autoconsommation l énergie du futur

Solaire en Alsace

Comme prévu par le plan de reconversion élaboré en janvier 2018 entre l’Etat et les collectivités locales, ces dernières bénéficieront de 250 millions euros d’aides desquels sont comprises le financement de la future centrale solaire et des autres installations nécessaires. Ceci s’inscrit dans la logique du gouvernement qui a toujours insisté sur sa volonté de pallier au coût économique que générera la fermeture de la centrale nucléaire Fessenheim. Cette dernière génère, encore aujourd’hui, environ 2 000 emplois directs et indirects avec des retombées fiscales de 14,3 millions d’euros.

L’appel d’offres, validé le 18 janvier par l’Union Européenne, se déroulera en trois périodes de candidature,  avec un premier dépôt des offres attendu dans six mois.

« Développer une production locale d’électricité à partir d’énergies renouvelables »

Dans le détail, 200 MW concerneront des centrales au sol, et 100 MW seront installés directement sur les bâtiments, à raison de 75 MW prévus pour de grandes installations sur toiture et 25 MW pour des petites. « Un bonus environnemental sera attribué aux centrales au sol qui s’implanteront sur des terrains dégradés », précise le ministère.

Le gouvernement ajoute par ailleurs que l’appel d’offres sera constitué de 3 phases de candidatures successives, le premier dépôt des offres étant attendu dans 6 mois. Ce sont ainsi 250 millions d’euros que l’État s’est engagé à investir au bénéfice du territoire de Fessenheim sur les 20 ans à venir.

« Le lancement de cet appel d’offres concrétise l’engagement du gouvernement sur la reconversion du territoire de Fessenheim auprès des collectivités », a déclaré François de Rugy. « Il permettra de développer une production locale d’électricité à partir d’énergies renouvelables et de photovoltaïque dans le Haut-Rhin ».