Par Green Univers. Le syndicat d’énergie du Morbihan a inauguré sa première ombrière photovoltaïque à Séné, sur le parking d’un collège. Ce premier projet en cours de finition, d’une puissance de 97 kWc, doit produire 115 000 kWh pour la salle de sports de l’établissement ; lorsque celle-ci sera inutilisée, l’ombrière alimentera les maisons voisines. « Il s’agit de notre première ombrière. Une autre, en autoconsommation, doit être installée en février », précise Christophe Laly, en charge de la stratégie énergétique du syndicat et directeur de la SEM créée en 2017 pour porter les projets EnR. Suivi de cinq autres projets, qui devraient être quasiment tous installés courant 2019. Le syndicat avait également lancé un appel d’offres en 2017, et un deuxième en septembre 2018, pour la fourniture et la pose de centrales PV – au sol ou en toitures – avec un objectif d’1 MW installé par an.

Autoconsommation collective

Le syndicat a aussi participé à la mise en place d’une installation d’autoconsommation collective située à Pénestin. Entré en service en avril 2018, il s’agit d’un des quatre sites de l’expérimentation Partagélec. Il fonctionne dans le cadre d’un appel à projets d’Enedis, qui a identifié trois autres projets pilotes d’autoconsommation collective à Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence), Bordeaux et Perpignan. Le syndicat veut « essayer de sortir une dizaine de projets en autoconsommation collective dans le Morbihan ». L’échéance « dépendra de la maturité et des équipements », indique Christophe Laly. Le syndicat a préféré les ombrières aux toitures pour des raisons économiques.

Morbihan panneau solaire
les collectivités territoires d’autoconsommation solaire

Pour financer ses projets, Morbihan Énergies est en partenariat avec la Caisse des dépôts, la région Bretagne et le groupe Engie, ses fonds propres étant apportés soit par le syndicat soit par la SEM créée en 2017. D’autres projets sont prévus avec des entreprises privées, signale
Christophe Laly.

D’autres énergies en vue

Le syndicat s’intéresse par ailleurs à l’hydrogène vert, avec l’installation par Engie en 2017 d’un petit électrolyseur alimenté en électricité par les panneaux solaires du bâtiment administratif de Morbihan énergies, et d’un véhicule 100% hydrogène, le tout sur le site de l’usine Michelin à Vannes. Une station de recharge à hydrogène près de cette usine est en phase d’étude avec Engie.

Le syndicat a aussi des projets de bioGNV, de centrales photovoltaïques au sol et de parcs éoliens. Christophe Laly indique que « le président du syndicat a fixé comme feuille de route d’essayer d’aller plus vite que les échéances 2030 et 2050 indiquées par la LTECV ».

Le syndicat Morbihan énergies détaille ses objectifs EnR