Leforest Le projet de centrale photovoltaïque est sur de bons rails

David Dornbusch/ février 7, 2019/ Vertsun Le Blog

La centrale photovoltaïque de Niergnies, près de Cambrai, qui s’étend sur 14 hectares. Celle de Leforest pourrait compter 20 à 22 hectares de panneaux solaires. Photo archives Christophe Lefebvre

La centrale photovoltaïque de Niergnies, près de Cambrai, qui s’étend sur 14 hectares. Celle de Leforest pourrait compter 20 à 22 hectares de panneaux solaires. Photo archives Christophe Lefebvre

Il faut toujours se montrer prudent, employer le conditionnel. Évoqué une première fois en 2010, le projet de centrale photovoltaïque de Leforest avait été abandonné en cours de route. Cette fois, cependant, il y a de bonnes raisons de penser qu’il se concrétisera.

C’est la communauté d’agglomération d’Hénin-Carvin (CAHC) qui le porte. Elle l’a ressorti de ses cartons fin 2017, en lançant un « appel à manifestation d’intérêt ». L’appel a été entendu. Parmi les trois candidatures reçues, c’est celle de la Générale du Solaire, basée à Paris, qui a été retenue. Son projet ? Des panneaux solaires sur 20 à 22 hectares sur les 32 que compte l’ancien centre d’enfouissement technique – dont l’activité a cessé pour de bon. La centrale devrait permettre de produire jusqu’à 17 mégawatts-crête et fournir l’équivalent de la consommation électrique de 6 000 foyers. Nous en étions là en avril dernier.

Or, pas plus tard que mardi, une petite délégation s’est rendue sur le site. La visite était organisée dans le cadre du forum Euralens Énergie. Parmi les invités, l’ancien ministre Philippe Vasseur, l’homme qui doit mener la Troisième Révolution industrielle dans la région – rien que ça. Des responsables de la Générale du Solaire étaient aussi de la partie. Un signe que le dossier a bien avancé ? « Il n’y a pas grand-chose de neuf, tout suit son cours », tempère Christian Musial, maire PS de Leforest et vice-président de la CAHC en charge du développement durable.

Néanmoins, ça avance. Le permis de construire doit être déposé « courant mars-avril », glisse Christian Musial. L’instruction sera longue : le projet devra être soumis à une étude d’impact et donner lieu à une enquête publique.

Solaire et social

Solaire et social

Avec l’aide des collectivités ?

Cela laissera le temps de boucler le plan de financement de cette grande station photovoltaïque. La Générale du Solaire apportera des fonds propres et empruntera auprès des banques. Mais il n’est pas du tout exclu que les collectivités locales participent elles aussi. Coup de chance pour le projet leforestois, le président du conseil régional, Xavier Bertrand (LR), a encore récemment affiché son aversion pour les éoliennesIl sera d’autant plus enclin à encourager une autre forme d’énergie alternative.

Bref, les voyants sont au vert. En tout cas, sur sa page Facebook, l’agglomération d’Hénin-Carvin est moins prudente que Christian Musial. Tout est écrit à l’indicatif et la date de 2020 est même annoncée pour l’arrivée des panneaux solaires.