Les émissions de carbone continuent d’augmenter: accélérez les réductions

David Dornbusch/ mars 15, 2019/ Vertsun actualité

Christiana Figueres et ses collègues affirment que les sources d’énergie renouvelable se répandant rapidement, tous les secteurs peuvent faire davantage pour réduire le carbone dans le monde.

Aerial view of a thermosolar plant

The Gemasolar Thermosolar Plant in Andalusia without carbone

Les représentants de 190 pays se sont réunis cette semaine pour examiner les progrès accomplis lors des négociations annuelles des Nations Unies sur le climat. Ils font face à une réalité décourageante: les émissions de dioxyde de carbone provenant des combustibles fossiles augmentent à nouveau.

Les émissions mondiales de carbone CO2 devraient augmenter de plus de 2% en 2018. En 2017, ils ont augmenté de 1,6%, après s’être stabilisés entre 2014 et 2016. Les raisons? L’utilisation du pétrole et du gaz continue de croître et certains pays utilisent encore le charbon pour alimenter une grande partie de leur croissance économique (voir «Pressions à la hausse»).

Les réunions de l’ONU qui se tiennent cette année à Katowice, au cœur des bassins miniers de la Pologne, constituent un point de contrôle. L’accord de Paris sur le climat a été adopté en 2015 – lorsque les pays se sont engagés à limiter le réchauffement climatique à une température bien en dessous de 2 ° C et à viser une température de 1,5 ° C. Les premières révisions officielles des objectifs nationaux de réduction des émissions ont lieu en 2020.

Pour se remettre sur la bonne voie, les objectifs révisés doivent être plus ambitieux que ceux promis en 2015. Comme nous l’avons expliqué l’année dernière dans Nature2, les émissions mondiales de carbone CO2 doivent commencer à diminuer d’ici 2020 si nous voulons atteindre les objectifs de température de l’Accord de Paris.

ture goals of the Paris agreement.

Chaque année d’augmentation des émissions du carbone met en péril les économies et les habitations, les vies et les moyens de subsistance de milliards de personnes. Cela nous engage aux effets du changement climatique pour les siècles à venir. Déjà, les terribles impacts de 1 ° C de réchauffement au-dessus des niveaux préindustriels sont évidents. Les catastrophes provoquées par les conditions météorologiques et climatiques en 2017 ont coûté 320 milliards de dollars US à l’économie mondiale et près de 10 000 vies ont été perdues (voir go.nature.com/2fldcjy). Le coût total des catastrophes de 2018 n’a pas encore été calculé, y compris le typhon Mangkhut, les ouragans Florence et Michael, ainsi que les vagues de chaleur et les incendies qui ont ravagé l’Europe et les États-Unis. Ces événements sont susceptibles de contribuer à une augmentation exponentielle des dommages, s’élevant à quelque 2 200 milliards de dollars au cours des deux dernières décennies (voir go.nature.com/2r2jyy6).

Quand il s’agit d’augmenter la température moyenne mondiale, chaque fraction de degré compte. Un rapport publié en octobre par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) prévoyait des effets dévastateurs à 2 ° C. Il s’agit notamment de la perte de presque tous les récifs coralliens du monde et des vagues de chaleur extrêmes, menaçant le pronostic vital, qui pourraient toucher plus du tiers de la population mondiale. Limiter le réchauffement à 1,5 ° C atténuera considérablement ces impacts.

Alors, comment pouvons-nous rester optimistes? Il est difficile d’imaginer un monde sobre en carbone, mais des changements surviennent souvent lorsque nous modifions notre vision de ce qui est possible.

Des raisons d’optimisme
Déjà, nous avons réalisé des choses qui semblaient inimaginables il y a une décennie. L’accord de Paris de 2015 est un bon exemple. Lorsque le sommet de Copenhague sur le climat de 2009 n’a pas réussi à mettre en place un cadre mondial pour faire face au changement climatique, presque tout le monde a pensé qu’il était impossible de le faire. Pourtant, au cours des six prochaines années, des milliers de personnes et d’institutions ont rendu le plausible invraisemblable.

Il en va de même pour la décarbonisation de l’économie d’ici 2050. Cet objectif semble aller de soi aujourd’hui, car nous sommes ancrés dans les technologies à haute teneur en carbone et les constructions économiques du XXe siècle. Mais collectivement, nous levons cette ancre et tracons le cap pour un lendemain différent. Voici comment.

Les technologies clés sont en bonne voie. Le monde évolue rapidement et irrévocablement vers un système énergétique propre, bon marché et fiable. Au cours de la dernière décennie, les coûts de production de l’énergie solaire ont chuté de 80%. Le Maroc, le Mexique, le Chili et l’Égypte produisent de l’énergie solaire à 3 cents US ou moins par kilowatt d’heure – moins cher que le gaz naturel.

Les installations se développent. Aujourd’hui, plus de 50% de la nouvelle capacité de production d’électricité est renouvelable, l’énergie éolienne et solaire doublant tous les 4 ans4. Dans les pays en développement, les énergies renouvelables représentent désormais la majorité de la nouvelle production d’énergie, un redressement remarquable par rapport à il ya une décennie à peine. Si ces tendances se maintiennent, les énergies renouvelables produiront la moitié de l’électricité mondiale d’ici 2030.

Le charbon est en cours de tarification. Un nombre record de centrales au charbon aux États-Unis seront mises à l’arrêt cette année, même relativement nouvelles. En octobre, la Banque mondiale a refusé de financer une centrale au charbon de 500 mégawatts au Kosovo, le dernier projet de charbon de la banque. Les règles de la banque en matière de prêt exigent que celle-ci «opte pour la solution la moins chère, et les énergies renouvelables sont désormais inférieures au coût du charbon», a déclaré son président (voir go.nature.com/2du6mxr).

Cependant, le réseau électrique ne sera complètement transformé que lorsque les énergies renouvelables seront en mesure de fournir une alimentation continue. Les grosses batteries pouvant stocker et lisser les sources d’énergie deviennent économiques plus rapidement que prévu. Par exemple, il y a un an, l’État de l’Australie du Sud a associé une installation de batteries Tesla à un parc éolien local. En stockant de l’énergie lorsque la demande est la plus forte, le système a déjà remboursé près du tiers de ses coûts en capital initiaux, qui s’élevaient à 90,6 millions de dollars australiens (65,8 millions de dollars américains). Les coûts de stockage de la batterie devraient être réduits de moitié d’ici 2030 (voir go.nature.com/2daiwdt).

D’ici 2040, les systèmes de stockage d’énergie devraient être en mesure de gérer 7% de la capacité totale d’électricité installée dans le monde (1 000 gigawatts), permettant ainsi de disposer d’un plus grand nombre d’installations solaires et éoliennes. Les grosses batteries se répandront au-delà des services publics, dans le stockage d’énergie pour les panneaux solaires de toit, par exemple. Cela permettra aux régions en développement de dépasser le besoin de centrales à combustibles fossiles et de réseaux de distribution classiques, tout comme les téléphones mobiles ont dépassé les lignes fixes.

Les progrès de la technologie des batteries entraînent également une large adoption des véhicules électriques. Une rareté il y a dix ans, il y a aujourd’hui trois millions de personnes sur nos routes. Les ventes de voitures rechargeables ont augmenté de 66% au premier semestre de cette année par rapport à 2017. Bien que les véhicules électriques ne représentent qu’une petite fraction des 80 millions de voitures vendues dans le monde l’année dernière, cela changera bientôt. La Norvège, la France, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l’Inde ont fixé des délais pour l’arrêt de la vente de voitures neuves non électriques (la Norvège a 2025 ans). La plupart des grands constructeurs automobiles ont annoncé une transition complète vers les véhicules électriques ou des projets de transition. En 2016, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a annoncé qu’il y aurait 46 millions de véhicules électriques d’ici 2040; il prévoit maintenant qu’il y en aura 253 millions à cette date (voir go.nature.com/2qjaaoj).

La réduction de la pollution atmosphérique est un autre puissant moteur de changement. À l’échelle mondiale, la pollution de l’air contribue chaque année à sept millions de décès prématurés – maladies cardiovasculaires, cardiopathies ischémiques, accidents vasculaires cérébraux, maladie pulmonaire obstructive chronique et cancer du poumon. Les gens deviennent de moins en moins tolérants aux émissions de particules et de gaz nocifs provenant des centrales à charbon, des usines et des voitures. La Chine a fermé des centrales au charbon dans et autour des villes et a des émissions limitées de moteur diesel. Les niveaux de pollution à Beijing ont diminué de 35% en cinq ans, mais le chemin à parcourir est encore long. Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’Inde compte neuf des dix villes les plus polluées au monde. L’objectif du pays est de réduire la pollution de l’air de 100 à 20% d’ici 2024 dans 100 villes.

L’industrie lourde évolue également. La Commission de transition énergétique a annoncé le mois dernier que les produits chimiques, l’acier et le ciment pouvaient atteindre des émissions nettes nettes d’ici le milieu du siècle à un coût inférieur à 0,5% du produit intérieur brut (PIB) mondial, avec un impact marginal sur le niveau de vie5.

L’action sous-nationale est en plein essor. Trois ans après l’accord de Paris, le paysage politique s’est nettement modifié. Dans certains pays, des impulsions nationalistes affectent les politiques nationales et internationales et menacent l’esprit de coopération multilatéral avec lequel le traité de Paris a été créé. Par exemple, le gouvernement fédéral des États-Unis a fait part de son intention de se retirer de l’accord, bien qu’il ne puisse officiellement le faire qu’en 2020. Le nouveau gouvernement du Brésil a exprimé des doutes sur la participation auparavant ambitieuse de ce pays. Des voix sceptiques face au climat ont refait surface en Australie.

Pourtant, le soutien aux actions climatiques reste fort dans les villes, les gouvernements régionaux et le secteur privé. À l’échelle mondiale, plus de 9 000 villes et municipalités de 128 pays, représentant 16% de la population mondiale, ont réaffirmé leur attachement à l’Accord de Paris dans le cadre de la Convention mondiale des maires. Il en est de même de 245 organismes étatiques et régionaux de 42 pays, qui regroupent 17,5% de la population mondiale6. La plupart des citoyens américains vivent dans une juridiction qui soutient toujours les objectifs de Paris. Si toutes ces villes, États et entreprises des États-Unis respectaient leurs engagements en matière de réduction des émissions, ils pourraient mettre le pays à portée de main de l’engagement pris à Paris par l’administration Obama, quelles que soient les mesures prises par le gouvernement fédéral.

Reduire le carbone avec autoconsommation

Reduire le carbone

Les conseils d’administration, les présidents des banques centrales, les investisseurs et les assureurs sont de plus en plus préoccupés par les risques économiques liés au changement climatique et par la menace pesant sur les ressources en matière de santé, d’eau, de terres et de biodiversité dans le monde. Quelque 6 225 entreprises ayant leur siège dans 120 pays se sont engagées à contribuer aux objectifs de Paris6, représentant un chiffre d’affaires de 36 500 milliards de dollars, soit plus que le PIB combiné des États-Unis et de la Chine (voir go.nature.com/2aphgjs). Ces entreprises comprennent que l’accord apportera vraisemblablement 26 000 milliards de dollars d’avantages économiques d’ici 2030, dont 65 millions d’emplois dans une économie à faible intensité de carbone en plein essor.

La tarification du carbone est à la hausse. En 2017, 1 400 entreprises multinationales ont intégré un prix relatif à la pollution par le carbone dans leurs plans d’entreprise, soit huit fois plus qu’en 2014 (voir go.nature.com/2p9osnb). Près du quart des 155 entreprises qui se sont engagées à passer uniquement à l’énergie renouvelable dans le cadre de l’initiative RE100 utilisent déjà 95% de leur électricité à partir de sources propres. Et près de 500 entreprises ont reconnu l’opportunité commerciale de définir des “objectifs scientifiques” pour la réduction de leurs émissions.

En 2017, plus de 100 membres du Pacte des États et des régions ont enregistré une réduction moyenne des émissions de 8,5%. Douze membres ont obtenu une réduction de 20% ou plus (voir go.nature.com/2aphgjs). Les émissions mondiales pourraient être réduites d’un tiers d’ici 2030 par rapport aux politiques nationales actuelles si des initiatives ambitieuses telles que la Coalition Under2, RE100, C40 et la Convention des Maires mondiale atteignaient toutes leurs objectifs.

Des objectifs plus audacieux à Paris. Alors que certaines parties à l’accord de Paris reculent, beaucoup d’autres manifestent leur intention d’être plus ambitieuses. Le cycle de cinq ans de l’accord permet une intensification progressive des efforts et des objectifs plus ambitieux seront plus faciles à atteindre grâce aux forces du marché évoquées précédemment.

La Chine, l’Inde et l’Union européenne donnent le ton. Ces régions représentent 40% des émissions mondiales de carbone. Ils sont prêts à faire plus que ce qu’ils avaient convenu lors du premier tour. Leurs dirigeants peuvent intensifier leurs efforts et annoncer des programmes encore plus audacieux lors du sommet des Nations Unies pour revoir les engagements de Paris en septembre 2019.

Les dirigeants de petits pays ayant de grands projets pour un climat plus sûr peuvent faire la même chose. En novembre, les Îles Marshall, membre du Climate Vulnerable Forum, sont devenues le premier pays à soumettre à l’ONU un nouvel objectif plus ambitieux en matière de climat.

Vingt-deux autres pays, de l’Argentine au Royaume-Uni, ont déclaré qu’ils exploreraient la possibilité de renforcer leurs engagements de Paris avant 2020. Le Chili a annoncé en février qu’il éliminerait complètement le charbon. Et en septembre, quatre pays ont adhéré à la Carbon Neutrality Coalition, ce qui porte à 19 le nombre total de membres. Parmi eux, le Canada, le Mexique, l’Éthiopie et de nombreux pays européens, les membres de la coalition s’engagent à élaborer des stratégies de réduction des émissions à long terme d’ici 2020.

La tâche à venir
L’augmentation des émissions est une grave préoccupation. Mais la transition vers le bas carbone fait boule de neige, entraînée par les données économiques sous-jacentes. La tâche qui incombe maintenant aux ministres et aux gouvernements réunis à Katowice est d’accélérer cet élan et de garder tout le monde à bord. Cela comprend l’achèvement du livre de règles pour la mise en œuvre de l’accord de Paris de manière à ce que la voie à suivre soit claire.

Tous les efforts doivent viser à maintenir le réchauffement climatique à 1,5 ° C. Maintenant que nous comprenons les différents impacts d’une augmentation de 1,5 ° C et d’une augmentation de 2 ° C, nous ne pouvons pas en toute conscience provoquer des risques inutiles pour les plus vulnérables et pour l’économie mondiale.

En premier lieu, le monde doit rapidement remplacer le charbon et les autres combustibles fossiles par des énergies renouvelables. C’est un impératif économique et une nécessité écologique. Aucun nouvel investissement ne devrait être affecté à l’expansion des ressources en combustibles fossiles, et des plans doivent être élaborés pour la suppression des infrastructures existantes à mesure que les technologies propres se développent.

Les dirigeants doivent élargir le champ de leurs actions. L’UE a l’intention de porter ses objectifs de réduction des émissions à 55% d’ici 2030. Cet objectif ambitieux peut être atteint en améliorant l’efficacité énergétique, en déployant les énergies renouvelables plus rapidement et en éliminant plus rapidement le charbon. L’UE peut encourager des normes plus strictes en matière d’émissions de véhicules, accélérer l’adoption des véhicules électriques et développer les transports en commun et partagés. En tant que l’un des plus grands importateurs mondiaux de produits liés à la déforestation (tels que l’huile de palme), l’UE peut développer une initiative visant à lutter contre la perte de forêts et d’autres puits de carbone. Cela s’appuierait sur une déclaration du gouvernement français en novembre, qui vise à mettre un terme aux importations de produits forestiers ou agricoles non durables d’ici 2030.

La Chine peut élaborer une stratégie de développement à faibles émissions d’ici 2050, notamment un plan de remplacement du charbon, qui permettra à ses émissions d’atteindre un maximum d’émissions avant 2030 et à un niveau inférieur aux prévisions. La Chine peut également faire en sorte que ses investissements réalisés au-delà de ses frontières dans le cadre de l’Initiative Belt and Road soutiennent les énergies renouvelables et protègent et restaurent les forêts tropicales et d’autres écosystèmes sensibles.

La Chine et l’Inde ont réalisé des progrès substantiels en matière de reboisement et ont le potentiel d’en faire davantage: la plantation d’arbres supplémentaires pourrait permettre d’éliminer 1,25 gigatonne et 520 mégatonnes de carbone CO2 par an dans chaque pays, respectivement.

L’Inde peut continuer à déployer des parcs solaires, en s’appuyant sur son leadership de l’Alliance solaire internationale pour remplacer le charbon et assainir ses villes touchées par le smog. D’ici 2020, l’Inde peut annoncer sa propre stratégie de réduction des combustibles fossiles et une date cible pour ses émissions de carbone CO2 maximales.

Un objectif commun à tous les secteurs politique, civil et industriel est essentiel, comme en atteste la diversité des auteurs et des cosignataires de cet article (voir Informations supplémentaires aux co-signataires). Ce qui semblait radical en 2015 est maintenant avantageux. Faisons en sorte que la courbe exponentielle des solutions dépasse celle des impacts sur le climat et mette les émissions nettes à zéro d’ici 2050. C’est nécessaire, souhaitable et réalisable.