A l’approche des élections européennes, il est important de voir, au dela des grandes déclarations, quelles sont les avancées concretes et réelles pour faire progresser les renouvelables et l’autoconsommation en Europe. Par l’Economiste

élections européennes Energies renouvelables
élections européennes Energies renouvelables

L’Allemagne, l’Espagne, la France, le Maroc et le Portugal, en présence de la Commission Européenne, de l’Union pour la Méditerranée et de Masen, en tant que secrétaire du comité de pilotage SET roadmap, ont franchi une étape majeure, avec la signature, au sein de la Commission européenne à Bruxelles, d’une nouvelle déclaration commune, visant à intégrer progressivement leurs marchés d’électricité renouvelable. Cette nouvelle déclaration affirme la volonté des signataires à lever les barrières identifiées, notamment réglementaires et physiques, et détaille le plan d’action visant à faciliter le commerce transfrontalier entre producteurs d’électricité renouvelable et entreprises consommatrices de cette électricité-des marchés connus en Europe sous la dénomination Green Corporate PAA.

Les pays ont également noté qu’une fois que le marché intérieur européen de l’énergie, y compris les infrastructures physiques nécessaires, sera achevé, les principaux obstacles techniques au commerce de l’électricité d’origine solaire ou d’autres formes d’énergies renouvelables seront levés. Dans le cadre de cette signature, Mustapha Bakkoury, Président de Masen a déclaré : « Nous nous engageons, en signant cette déclaration, à créer les conditions d’un marché électrique intégré, entre le Maroc, l’Allemagne, l’Espagne, la France et le Portugal.

D’ici 12 mois, nous ferons en sorte que les règles et procédures nécessaires à l’établissement des PPA transfrontaliers, soient formalisées dans la forme d’un MoU engageant entre les 5 pays». Un exercice de consultation sera également lancé dès 2019 avec les producteurs et acheteurs potentiels d’électricité d’origine renouvelable dans les 5 pays. Les signataires sont confiants dans l’intérêt que porteront à la fois les entreprises fortement énergivores (par exemple, les data centers, les industries lourdes, etc.) et les développeurs de centrales EnRs, à cette initiative, pour de futurs investissements conséquents.