Ces derniers reprochent au projet du Larzac sa dimension gigantesque et ses effets sur la biodiversité et l’environnement, ainsi que le manque de concertation avec les populations. Par Rémi Barroux

Contre l’implantation d’un transformateur électrique à l’Amassada à Saint-Victor-et-Melvieu (Aveyron), le 10 février.
Contre l’implantation d’un transformateur électrique à l’Amassada à Saint-Victor-et-Melvieu (Aveyron), le 10 février. ALAIN PITTON / NUR PHOTO

Au loin, une vingtaine de daims broutent paisiblement les herbes et buissons du causse du Larzac. A quelques dizaines de mètres d’eux, un groupe de mouflons, allongés sur le sol, profite d’un soleil printanier. Seule ombre à ce tableau agreste, ces animaux vivent dans le domaine de Calmels, sur la commune du Cros (Hérault), un millier d’hectares voués à la chasse, cerclés d’un grillage de deux mètres de haut qui les tient reclus. Plus grave pour les éleveurs locaux de brebis qui fournissent le lait pour le roquefort, une grande partie de ce paysage devrait être recouverte de panneaux photovoltaïques.

Une gigantesque centrale pourrait en effet être installée ici, sur le territoire de la commune du Cros, couvrant 400 hectares du causse sur le territoire de la commune du Cros, couvrant 400 hectares du causse , l’équivalent de 550 terrains de football. Cela ferait de cette nouvelle infrastructure consacrée au solaire et à la méthanation – un principe qui permet, à partir de la capture de CO2 et de sa réaction avec de l’hydrogène, de fabriquer du méthane puis de transformer ce gaz en électricité – la plus grande centrale d’Europe, soit près de deux fois la taille de celle de Cestas (260 ha), en Gironde.

Lire aussi  Nous sommes en 2050, à quoi ressemblerait la vie dans un pays neutre en carbone ?

Ce projet, baptisé Solarzac, en est encore à ses prémices. Une concertation préalable, proposée par la Commission nationale du débat public (CNDP), doit débuter fin avril et durera trois mois. Le maître d’ouvrage, Arkolia, une société basée dans les environs de Montpellier, présentera son dossier lors d’une conférence de presse le 15 avril.

Sans attendre, les opposants, nombreux sur le causse, se mobilisent. Convaincus, pour la grande majorité, de l’importance du développement des énergies renouvelables pour assurer la transition énergétique, ils reprochent au projet sa dimension gigantesque et ses effets sur la biodiversité et l’environnement, ainsi que le manque de concertation avec les populations.

Larzac hangar agricole photovoltaique vertsun gratuit
hangar agricole photovoltaique vertsun gratuit pour le Larzac