L’industrie solaire mondiale est sur le point de perdre un avantage concurrentiel majeur alors que les prix des panneaux solaires (solar panels) fabriqués en Chine commencent à se redresser après la chute de l’année dernière, a annoncé jeudi le leader de l’un des principaux fabricants mondiaux.

“La fête est définitivement terminée”, a déclaré Eric Luo, président de la société chinoise GCL System Integration Technology, un des 10 plus grands fabricants de panneaux solaires (solar panels), destiné au secteur de l’énergie renouvelable qui connaît la plus forte croissance.

Les prix des panneaux solaires (solar panels) ont chuté d’environ 30% l’an dernier, après que la Chine, le premier producteur mondial, ait réduit ses subventions pour réduire son industrie solaire gonflée, poussant les plus petits fabricants au bord de la faillite.

Pour collecter des fonds et rester à flot, les fabricants ont effacé leurs stocks et détourné leurs ventes, ce qui a entraîné une spirale descendante des prix – offrant un avantage inattendu pour les producteurs d’énergie solaire et les investisseurs dans les parcs solaires.

Luo, s’adressant cette semaine au Forum économique mondial dans la station de ski suisse de Davos, a déclaré que le modèle économique intégré de GCL l’avait protégé du repli des prix, ses centrales solaires bénéficiant de panneaux moins chers.

La douleur sera principalement ressentie par les plus petits producteurs chinois, qui manquent de chaînes d’approvisionnement internationales, ce qui déclenche la consolidation de l’industrie ou les contraint à la fermeture, a-t-il ajouté.

Luo a indiqué que les prix des panneaux solaires (solar panels) se stabilisaient déjà et qu’il s’attendait à une reprise de ceux-ci de 10 à 15% à mesure que l’industrie chinoise se consoliderait au cours des deux prochaines années.

Les panneaux représentent près de la moitié des coûts d’installation d’un parc solaire, ce qui menace de compromettre les rendements des investisseurs.

La Chine héberge près du tiers de la capacité solaire installée cumulée dans le monde et ses fabricants dominent le secteur, bien qu’ils soient frappés par des droits de douane antidumping et qu’ils aient été pris au piège plus récemment dans la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine.

En septembre, l’Union européenne a mis fin aux restrictions sur la vente de panneaux solaires chinois, mais Washington continue d’imposer un droit antidumping. Ils sont également soumis à la hausse plus récente du Président Donald Trump aux tarifs généraux sur les importations en provenance de Chine.

La GCL considère toujours les États-Unis comme un marché majeur, mais elle se développe rapidement sur d’autres marchés, à la suite du vaste programme de développement international Belt and Road de Beijing, a déclaré Luo, ajoutant que les activités à l’étranger représenteraient 75% des envois de panneaux solaires de GCL. année.

A la maison, Luo a déclaré que la Chine approchait rapidement du point où l’industrie solaire pourrait fonctionner sans aucune forme de subvention. Il a déclaré que le nord-ouest de la Chine, où le soleil était plus abondant et les terres moins chères, avait déjà atteint ce cap.

solar panels Autoconsommation
Solaire économique

La majeure partie du pays suivra cette année, avant que l’âge des subventions ne prenne fin en 2020, a-t-il déclaré.

“Si vous avez besoin de subventions (à ce moment-là), arrêtez-vous.”

The global solar power industry is about to lose a major competitive windfall as prices of Chinese-made solar panels begin to recover after a collapse last year, the leader of one of the world’s top manufacturers said on Thursday.

“The party if definitely over,” said Eric Luo, president of China’s GCL System Integration Technology Co, a top-10 maker of solar panels, feeding the fastest-growing renewable power sector.

Solar panel prices tumbled around 30 percent last year after China, the world’s largest producer, cut subsidies to shrink its bloated solar industry, pushing smaller manufacturers to the brink of collapse.

To raise cash and stay afloat, manufacturers cleared inventory and diverted sales offshore, sending prices into a downward spiral – offering up a windfall for solar power generators and investors in solar farms.

Luo, speaking to Reuters at the World Economic Forum in the Swiss ski resort of Davos this week, said GCL’s vertically integrated business model cushioned it from the downturn in prices as its solar farms benefited from cheaper panels.

The pain will mostly be felt by smaller Chinese producers, which lack international supply chains, triggering industry consolidation or forcing them to close, he added.

Luo said solar panel prices were already stabilizing and he expected them to rebound by 10 to 15 percent as the Chinese industry consolidates over the next year or two.

Given panels represent close to half of a solar farm’s installation costs, that threatens to eat into the returns of investors.

China is home to almost a third of the world’s cumulative installed solar capacity and its manufacturers dominate the industry, despite being slapped with anti-dumping tariffs and getting caught up more recently in the U.S.-China trade war.

In September, the European Union ended restrictions on the sale of Chinese solar panels but Washington continues to impose an anti-dumping duty. They are also subject to President Donald Trump’s more recent hike to general tariffs on Chinese imports.

GCL still counts the United States as a major market but is expanding rapidly in other markets, following in the wake of Beijing’s huge Belt and Road international development program, Luo said, adding that overseas business would account for 75 percent of GCL’s solar panel shipments this year.

At home, Luo said China was rapidly nearing the point where the solar industry could operate without any form of subsidy. He said northwest China, where sun was more plentiful and land less expensive, had already reached that milestone.

Most of the rest of the country would follow this year, before the age of subsidies ends completely in 2020, he said.

“If you need subsidies (at that point), you just stop.” Par Bloomberg.