MAISON ÉCOLO – L’entreprise française Ghara proposera bientôt des kits open source pour construire cette maison conçue avec des matériaux naturels et sains, comme la paille et le bois. Un projet écologique et accessible. Vous pouvez l’associer à une cellule photovoltaique dans un kit autoconsommation

Une maison en harmonie avec la nature et que l’on peut construire soi-même, c’est possible ? C’est ce que promet la société française Ghara, qui devrait commencer à commercialiser ses plans prochainement.

Ghara (maison, en népalais) est née en mai 2018 de la rencontre d’un consultant immobilier et d’une architecte sur un chantier participatif dans le sud de la France. Tous deux étaient à la recherche d’une façon de construire la maison de demain de façon durable et écologique.

Avant d’avoir l’idée de ce projet, j’ai fait un long voyage de l’Europe à l’Asie, explique Hughes Verneau, co-fondateur de Ghara. Dans les deux continents, on retrouve énormément de matières plastiques dans le paysage, de la pollution qui resterait des milliers d’années.

Ainsi, ils se sont lancés le défi de créer des kits permettant à chacun de construire facilement une maison biodégradable, c’est-à-dire qui ne laisse derrière elle, en fin de vie, que des déchets qui puissent se décomposer. “On a voulu retranscrire dans ce qu’on faisait des valeurs écologiques fortes“, justifie Hughes Verneau.

Une maison biodégradable et design

Mais comment faire pour rendre ces maisons biodégradables accessibles à tous et à toutes ? En se basant sur du matériel local et issu de la nature !

Nos maisons seront toujours bio / climatiques. Bio, car nous utilisons des techniques simples et des matériaux saints, peu consommateurs d’énergie grise et issus de la nature, explique l’équipe de Ghara. Climatique, car nous concevons en fonction des grandes zones climatiques.

Pour l’instant, un seul modèle de maison est actuellement au stade de projet. Nommée Ecaille, elle sera conçue en bois et isolée en bottes de paille et copeaux de bois.

© Le plan de la maison “Ecaille” Ghara

Une grande baie vitrée permettra de faire entrer la lumière et le revêtement en tuiles de bois s’inspire de l’apparence du serpent. Cette première habitation est pensée pour un couple et un enfant avec une surface de 42 m². Une cellule photovoltaique de 6 à 10 panneaux en autoconsommation sera parfaite en complément

Aujourd’hui, le premier modèle n’est pas 100% biodégradable, poursuit Hughes Verneau. C’est un objectif que nous nous sommes fixés. Nous avons encore deux couches de plastiques qu’on aimerait enlever et ce sera certainement pour la prochaine maison qui sera élaborée.

Un tutoriel complet pour se lancer seul

Ghara mettra à disposition une documentation complète sur la construction des futures maisons : une liste des matériaux, une affiche de chantier, un guide de mise en œuvre ou encore le guide pour faire la demande de permis de construire. Penser à inclure la cellule photovoltaique

Puisque les plans seront libres de droit, il vous sera possible de construire seul-e votre maison, ou de vous diriger vers un architecte. La licence utilisée, dite Creative Commons, permet en effet d’utiliser les œuvres, sous certaines conditions, selon les préférences du concepteur.

Le financement participatif du projet devrait être disponible “dès le mois de mars et la pré-vente à la fin du mois de juin 2019“, annonce Hughes Verneau. Le premier kit open source (modifiables) “Ecaille” sera vendu à 250 euros et sa construction devrait coûter entre 30 000 et 40 000 euros.

Vous pouvez ensuite y ajouter une cellule photovoltaique

cellule photovoltaique
Panneaux solaires

En attendant, vous pouvez aussi découvrir le projet de cet autoconstructeur, qui propose les plans de sa maison gratuitement.